Plan cancer 3 : une évaluation positive

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR) ont évalué le 3ème Plan cancer (2014-2019) : des avancées majeures et des points d’amélioration, qui d’ores et déjà sont inscrits dans la proposition de stratégie décennale de lutte contre les cancers. Voir l’article sur le site de l’INCa

DES PROGRÈS MAJEURS EN …

… Recherche

Plusieurs réussites sont mises en exergue :

  • visibilité des sites de recherche intégrée sur le cancer (SIRIC),
  • décloisonnement (pluri)disciplinaire poursuivi et complété
  • consolidation d’une expertise sur tout le territoire,
  • développement de stratégies thérapeutiques innovantes

Concrètement, la survie des malades a été améliorée : entre 1990 et 2015, la survie nette à 5 ans a augmenté pour les localisations les plus fréquentes et les cancers de mauvais pronostic. (Pour plus d’information cf. Tableau 5 en page 65 du rapport complet).

… Prévention

Le programme national de réduction du tabagisme en 2014 est mise au crédit de ce troisième Plan cancer : 1,6 millions de fumeurs en moins en deux ans.

… Soins

Les progrès ont permis des gains de survie mesurables en années pour certains patients grâce à l’essor d’une médecine de précision qui s’appuie sur :

  • le développement de médicaments anticancéreux novateurs,
  • l’immunothérapie,
  • des thérapies ciblées.

Le développement de plusieurs innovations (comme les CAR-T cells) offrent aussi un espoir aux malades en échec thérapeutique.

La qualité des soins a elle aussi connu d’importantes améliorations, avec le développement des thérapeutiques ambulatoires et des techniques de soins de haute précision (notamment en radiothérapie). Ceci a été rendu possible notamment par la production de référentiels de bonnes pratiques et la diffusion de l’information sur les protocoles thérapeutiques. Voir ONCOLOGIK, l’outil des références et bonnes pratiques en cancérologie des RRC du Grand Est et de Franche Conté)…

Le rapport met également en valeur les actions conduites pour améliorer la qualité de vie pendant et après le cancer et la préservation de la fertilité.

… Cancérologie pédiatrique

Les deux inspections générales s’accordent également sur les avancées majeures apportées à la cancérologie pédiatrique : 12 % des crédits de l’Institut National du Cancer ont été alloués à la recherche dans ce domaine entre 2014 et 2018, renforcés par les 5 millions d’euros accordés par le ministère en charge de la Recherche chaque année.

D’autres initiatives ont été relevées et méritent d’être confortées comme le renforcement de la gradation des soins renforcée, les actions de soutien à la formation doctorale, ou les labellisations de structures.

DES DÉFIS POUR LA FUTURE STRATÉGIE DE LUTTE CONTRE LES CANCERS

Le rapport identifie également plusieurs actions qui ne sont pas parvenues à remplir pleinement les objectifs fixés qui d’ores et déjà sont inscrits dans la proposition de stratégie décennale de lutte contre les cancers :

Les points d’amélioration

  • les délais d‘accès à une IRM,
  • les programmes de dépistages organisés,
  • le parcours encore trop complexe du malade,
  • l’accès aux soins de support et les ruptures qui peuvent advenir dans le parcours.
  • Les liens à approfondir entre cancer et environnement,
  • l’offre en soins palliatifs et en fin de vie,
  • les séquelles,
  • le maintien ou retour à l’emploi,
  • la réduction des inégalités.
  • la lutte contre l’alcool, avec une politique ambitieuse de prévention du risque.,
  • l’accessibilité aux médicaments innovants,
  • les délais de diagnostic réduits,
  • les modalités de financement de la radiothérapie.

Ces conclusions s’ajoutent aux contributions des instances de l’Institut, de ses partenaires et des Français (via la consultation citoyenne) pour bâtir la stratégie décennale qui sera remise au Gouvernement en fin d’année.

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site de l’Institut National du Cancer pour consulter le rapport de synthèse ou le rapport complet