Oncopédiatrie dans le Grand Est

Chaque année, près de 2 500 nouveaux cas de cancers sont recensés chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans. La prise en charge de ces cancers s’effectue dans des centres spécialisés en cancérologie pédiatriques identifiés au sein de chaque région. Ces centres répondent aux critères d’agrément pour la pratique du traitement des cancers des enfants et adolescents de moins de 18 ans (INCA)

Les établissements souhaitant prendre en charge des patients de moins de 18 ans atteints de cancer doivent, tout d’abord, répondre aux conditions dues aux autorisations du traitement du cancer, à savoir les conditions transversales de qualité et les critères d’agrément pour les principales thérapeutiques (les seuils d’activité ne s’appliquent, en revanche, qu’aux patients de plus de 18 ans). Des critères d’agrément pour la pratique du traitement des cancers des patients de moins de 18 ans ont été, par ailleurs, adoptés par le Conseil d’Administration de l’Institut National du Cancer le 17 décembre 2008. Ces critères sont applicables à tout établissement de santé autorisé pour le traitement du cancer prenant en charge les patients de moins de 18 ans et répondant notamment à l’identification comme centre spécialisé en cancérologie pédiatrique.

Réseau GE – HOPE

Chaque centre spécialisé doit appartenir à une organisation hospitalière interrégionale de recours en oncologie pédiatrique, identifiée par l’Institut National du Cancer par voie d’appels à candidatures. Ces organisations hospitalières interrégionales de recours en oncologie pédiatrique, au nombre de sept, ont pour objectif de garantir l’équité d’accès aux soins sur le territoire pour tous les patients de moins de 18 ans :

  • en soumettant systématiquement tout dossier de patient de moins de 18 ans susceptible d’être atteint d’une pathologie maligne à la concertation pluridisciplinaire pédiatrique interrégionale, dont le niveau d’expertise sera assuré par une masse critique de dossiers ;
  • en identifiant des filières de prise en charge pour cinq techniques ou pathologies nécessitant une expérience et/ou un plateau technique particulier (greffes de cellules souches hématopoïétiques, tumeurs de l’appareil locomoteur, tumeurs cérébrales, mise en œuvre des essais précoces et radiothérapie) ;
  • en contribuant à l’amélioration des connaissances en recherche clinique en suivant l’inclusion, au sein des essais cliniques, des patients de moins de 18 ans traités dans les établissements de l’inter-région.

L’organisation interrégionale regroupant le Grand Est et la Bourgogne-Franche-Comté se nomme le réseau Grand Est – Hémato Oncologie Pédiatrique (GE –HOPE) et regroupe les centres suivants :

  • CHU de Nancy -Coordonnateur
  • CLCC Alexis Vautrin – Nancy
  • CHU de Besançon
  • CHU de Dijon
  • CLCC GF Leclerc-Dijon
  • HUS Strasbourg
  • CLCC Paul Strauss – Strasbourg
  • CHU Reims
  • CLCC Jean Godinot – Reims

(Source : Institut National du Cancer)

Réseau HOPLAM

Le réseau HOPLAM (Hémato-Oncologique Pédiatrique Lien entre l’Alsace et la Moselle) est la concrétisation d’une démarche qualitative d’organisation mise en place depuis plusieurs années entre les équipes pédiatriques des hôpitaux de Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Haguenau et Sarreguemines.

Depuis sa structuration au printemps 2017, le réseau HOPLAM apporte expertise et formation aux équipes de soins primaires pour accéder au diagnostic hématologique ou oncologique et accélérer la prise en charge des enfants de 0 à 18 ans, des Adolescents et Jeunes Adultes.

Ainsi, devant toute suspicion de pathologie hémato-oncologique bénigne ou maligne, le réseau HOPLAM peut être mobilisé via ses référents au sein des hôpitaux (Mulhouse, Colmar, Strasbourg, Haguenau et Sarreguemines) par les professionnels de santé du territoire pour profiter d’un appui adapté aux besoins du patient.

Le réseau HOPLAM est une source d’information et d’orientation des professionnels vers les ressources sanitaires ad hoc. Les équipes de recours pédiatriques membres du réseau proposent un dispositif lisible et intégré sur les territoires, en lien avec les équipes de soins primaires pour décloisonner les parcours de soin, du diagnostic à l’après cancer, et renforcer la coordination des acteurs.

La continuité des soins dans un parcours complexe tant au plan médical qu’humain est au cœur du projet du réseau HOPLAM. Pour optimiser la prise en charge, le réseau a mis en place des formations et des réunions d’échange de pratiques pour harmoniser la qualité des prises en charge.

Le dialogue pluridisciplinaire né de la coopération inter-établissements favorise également l’organisation des admissions et sorties d’établissements. La transition ville-hôpital dans le cadre d’une coordination effective pour le retour ou le maintien à domicile en toute sécurité contribuent au confort du patient et de ses proches.