Le Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers (CRCDC)

rvb_inca_depistage_ge_20cm

Le CRCDC en région Grand Est

Les 11 structures départementales de gestion des dépistages organisés des cancers de la région Grand Est ont fusionné afin de constituer le Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers du Grand Est (CRCDC GE).

Avec l’appui de l’ARS Grand Est et des Régimes d’Assurance Maladie, le CRCDC GE organise les 3 dépistages organisés proposés dans la région :

Les sites territoriaux permettent d’assurer la déclinaison des priorités  définies au niveau de la région, notamment, en déclinant des actions de proximité auprès des populations ciblées par les dépistages, et en renforçant les liens avec les professionnels de santé et acteurs régionaux impliqués dans les programmes.

Le CRCDC Grand Est pilote les dépistages organisés des cancers de la région Grand Est en s’appuyant sur les 10 sites territoriaux qui restent les interlocuteurs privilégiés de la population, des professionnels de santé et partenaires de leur territoire et acteurs clés de la dynamique territoriale autour des programmes de dépistages organisés des cancers.

Voir les coordonnées des sites départementaux du CRCDC GE

Le cancer est la première cause de mortalité tout âge confondu

Dépister permet de diagnostiquer précocement certains cancers et d’éviter ainsi des traitements lourds. Un accès facilité aux dépistages et un diagnostic précoce contribuent à une prise en charge rapide, plus efficace et moins invasive.

Dans certains cas, le dépistage peut même permettre de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer.

Le diagnostic précoce de certains cancers permet d’optimiser leur prise en charge et d’augmenter l’efficacité des traitements.

Trois programmes nationaux de dépistage organisé sont mis en œuvre en France et dans la région :  

  • le cancer du sein par mammographie
  • le cancer colorectal par un examen de laboratoire recherchant des traces de sang dans les selles.
  • Le cancer du col de l’utérus, en cours de déploiement sur l’ensemble de la région Grand Est

illustration neon

Les 3 dépistages organisés des cancers coordonnés par le CRCDC GE

Cancer du sein

Tous les deux ans pour les femmes âgées de 50 à 74 ans.
Ces femmes sont invitées à se rendre chez un radiologue agréé dont la liste est jointe au courrier. L’examen comprend une mammographie de dépistage et un examen clinique des seins. Si aucune anomalie n’est décelée, la mammographie est ensuite systématiquement relue par un second radiologue expert. Lorsqu’une anomalie est décelée, le radiologue premier lecteur effectue très rapidement un bilan plus complet pour préciser le diagnostic et assurer une prise en charge dans des délais courts.

 

Cancer colorectal

Tous les deux ans pour les femmes et les hommes de 50 à 74 ans.
Sont exclues les personnes présentant une histoire familiale, des antécédents personnels de cancer colorectal ou d’adénome et ceux présentant des symptômes évocateurs. Sont également exclus les personnes ayant bénéficié d’une coloscopie il y a moins de cinq ans. Le dépistage organisé du cancer colorectal consiste en la réalisation d’un test immunologique rapide et indolore, à faire chez soi. Si le résultat de ce test est positif (4 % des cas), une coloscopie est alors prescrite pour préciser le diagnostic.

Ce dépistage est organisé en deux temps :

Le courrier invite la personne à consulter son médecin traitant qui va rechercher des motifs d’exclusion et prendre en charge le patient pour le diagnostic et le traitement. S’il n’y a pas de motif d’exclusion, le médecin traitant fournit le kit de prélèvements pour la recherche de sang dans les selles et explique son utilisation.

  • Si la recherche de sang dans les selles est négative, le dépistage est terminé
  • Si la recherche de sang dans les selles est positive, une coloscopie est programmée auprès d’un médecin spécialiste.

 

Cancer du col de l’utérus

Actuellement, dans les départements des Ardennes, du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle.
Ce dépistage préconise un frottis tous les trois à cinq ans pour les femmes de 25 à 65 ans qui ne présentent pas de symptômes. Le but du frottis est d’identifier le plus tôt possible d’éventuelles lésions du col de l’utérus. Les frottis peuvent être réalisés par les gynécologues, les médecins généralistes, les sages-femmes,

Le dépistage organisé encore en évaluation prévoit de remplacer le frottis par un nouveau test recherchant le papillomavirus humain (HPV) pour les femmes à partir de 30 ans. Pour la prévention du cancer de l’utérus, la vaccination contre le papillomavirus humain est recommandée pour les filles, et, pour les garçons, depuis le 1er janvier 2021, entre 11 et 14 ans. 

Un rattrapage vaccinal est possible entre 15 et 19 ans révolus, ainsi les jeunes adultes, majeurs peuvent décider seuls d’une vaccination.

crcdc