Prévention et dépistage

Le cancer est la première cause de mortalité en France.
Se faire dépister réduit les risques liés à certains cancers

Le dépistage, une bonne habitude santé : plus un cancer est détecté tôt, plus les traitements sont efficaces.

Le dépistage est une démarche active qui vise à détecter, au plus tôt et même en l’absence de symptômes, des lésions susceptibles d’être cancéreuses ou d’évoluer vers un cancer. Il est aujourd’hui possible de dépister une lésion précancéreuse ou de détecter précocement certains cancers avant l’apparition de signes cliniques.

L’intérêt du dépistage est de pouvoir ainsi détecter plus précocement un cancer, de mieux soigner le patient et de limiter la lourdeur des traitements et des séquelles éventuelles

Les pouvoirs publics ont instauré trois programmes de dépistage organisé. En savoir plus : https://depistagecancer-ge.fr/

Dépistage organisé du cancer colorectal

Un geste simple qui peut vous sauver la vie

Dans notre région, le CRCDC Grand Est invite, tous les deux ans, toutes les personnes âgées de 50 à 74 ans, à retirer un test de dépistage auprès de leur médecin traitant.

Le cancer colorectal est le 2ème cancer le plus meurtrier après le cancer du poumon.

Ce cancer se développe lentement mais peut être détecté très tôt et même être évité si les petites lésions qui en sont à l’origine sont éliminées avant qu’elles ne se transforment en cancer.

La très grande majorité des cancers colorectaux (95 %) sont diagnostiqués après l’âge de 50 ans. Le programme de dépistage organisé cible donc les personnes de 50 à 74 ans, femmes et hommes.

Le dépistage est un moyen efficace de lutter contre le cancer colorectal.
Détecté à un stade précoce, il se guérit dans 9 cas sur 10 et la survie à 5 ans dépasse 90%.

Icono Cancer colorectal

Un test facile, gratuit à faire chez soi

Le test immunologique, vise à déceler la présence de sang humain dans les selles.
Ce test, simple, rapide et efficace est à faire chez soi.

Le Kit de dépistage remis gratuitement par votre médecin traitant comprend 3 volets :

1. Toutes les indications pour réaliser votre test

2. La fiche d’identification à remplir et le papier de recueil de selles

3. Le tube de prélèvement, le sachet de protection du tube et l’enveloppe de retour du test.

Le test de dépistage du cancer colorectal

Dépistage organisé du cancer du sein

1er cancer féminin

Le cancer du sein est à la fois le cancer plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme en France. Statistiquement, une femme sur huit y sera confrontée au cours de sa vie.
Pourtant, s’il est détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Si vous avez entre 50 et 74 ans et que vous ne présentez ni symptômes, ni facteur de risque autre que votre âge, le programme de dépistage organisé du cancer du sein vous est recommandé.

Le dépistage du cancer du sein en pratique

Dans notre région, le CRCDC Grand Est invite, tous les deux ans, toutes les femmes de 50 à 74 ans de la région, à réaliser une mammographie de dépistage prise en charge à 100% par l’Assurance Maladie et sans avance de frais.

Après avoir reçu votre lettre d’invitation envoyée par votre site départemental du CRCDC Grand Est, vous pouvez prendre rendez-vous avec l’un des radiologues agréés figurant sur la liste jointe à l’invitation.

Ce dépistage repose sur une mammographie et un examen clinique des seins.

Une mammographie est une radiographie des seins. Elle permet d’obtenir des images de l’intérieur du sein à l’aide de rayons X et de détecter ainsi d’éventuelles anomalies.

En savoir plus : https://www.youtube.com/watch?v=0k59z_WgwYA

La mammographie
L’appareil mammographique

Deux radiographies ou incidences par sein sont réalisées, une de face et une en oblique

Incidence de face

Incidence oblique

Il y a 2 lectures des images :

Dans le cabinet de radiologie en votre présence, et une seconde dans la structure départementale de dépistage de votre région.

Toute mammographie normale ou montrant des images bénignes est relue systématiquement par un deuxième radiologue. Cette double lecture professionnelle  des mammographies de dépistage est un véritable gage de qualité et de sécurité.

Si une anomalie est detectée, des examens complémentaires peuvent être réalisés :

  • Echographie : ultrasons non irradiants qui permettent d’analyser plus en détail une anomalie architecturale détectée par une mammographie.
  • Cytoponction : prélèvement de quelques cellules, avec une aiguille très fine, qui seront analysées au microscope.
  • Biopsie : prélèvement de tissu mammaire fait le plus souvent après une simple anesthésie locale. Elle permet de déterminer si le tissu est ou non cancéreux et donc de poser un diagnostic définitif.
  • IRM : (Imagerie par Résonance Magnétique) elle peut être utilisée pour préciser la nature de lésions mammaires si un doute persite après la mammographie ou l’échographie.

En savoir plus

Le programme de Dépistage Organnisé dans la région Grand Est

Comprendre et prévenir le cancer du sein

Dépistage du cancer du col de l’utérus

Le  cancer du col de l’utérus provoque plus de 1 100 décès par an en France.

Il est également la 2nde cause de mortalité par cancer chez les femmes de moins de 45 ans.

Pourtant, 90% des cancers pourraient être évités s’ils était pris en charge précocément.

Face au cancer du col de l’utérus, il y a deux moyens complémentaires d’agir :

  • Un dépistage régulier du cancer du col de l’utérus entre  25 et 65 ans (frottis)
  • La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) pour les filles et les garçons agés entre 11 ans et 14 ans.
    La vaccination peut également être proposée en rattrapage jusqu’à 19 ans inclus.

Le dépistage en pratique :

Toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans sont concernées. Il permet de séparer les femmes apparemment en bonne santé de celles dont le risque d’évolution vers une lésion précancéreuse ou un cancer est élevé et qui doivent avoir des examens diagnostiques.

Un dépistage permet de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles ne se transforment en cancer. La plupart du temps, ces lésions ne se manifestent par aucun symptôme. Quand des signes apparaissent, le cancer est souvent diagnostiqué à un stade avancé et donc plus difficile à traiter, d’où l’importance d’effectuer un dépistage régulier.

Le déploiement du dépistage du cancer du col de l’utérus se poursuit dans le Grand Est se poursuit.

Conformément aux préconisations du Plan Cancer, en 2021, le CRCDC Grand Est continue sa mobilisation pour déployer le dépistage du cancer du col de l’utérus (DOCCU) à tous les départements de la région.

Mis en place depuis plus de 20 ans en Alsace (avec des taux de participation >à 65%) et proposé depuis 2020 dans les Ardennes (08) et la Moselle (57) et depuis fin 2021 dans l’Aube, ce programme de santé publique continue de s’étendre afin d’être proposé à l’ensemble de la population féminine de la région, âgée de 25 à 65 ans.

Prévu début 2022 en Meurthe et Moselle (54), le dépistage du cancer du col de l’utérus devrait être accessible dans la Marne (51), Haute Marne (52), Meuse (55), et Vosges (88) d’ici la fin du premier semestre 2022.

En savoir plus :

Le Dépistage du Cancer du Col de l’Utérus en Grand Est

Comprendre et prévenir le cancer du col de l’utérus

La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV)

La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV), principale cause du cancer du col de l’utérus, est recommandée chez les filles et les garçons de 11 et 14 ans.
Un rattrapage est possible pour les adolescents et les jeunes hommes de 15 à 19 ans révolus.

100% des cancers du col de l’utérus sont dûs aux infections liées aux HPV.

Cette vaccination ne se substitue pas au dépistage par frottis mais constitue un moyen complémentaire d’agir face au cancer du col de l’utérus.

Pour aller plus loin

La vaccination anti-HPV dans le Grand Est

Les cancers induits par les virus HPV : 2 minutes pour faire le tour de la question